Afin de respecter les prescriptions légales relatives aux valeurs d’émission de gaz de combustion, des filtres spéciaux sont utilisés sur les installations de chauffage au bois. Suivant le combustible et la taille de linstallation, différents systèmes sont à recommander.

Électro-filtre tubulaire

inhaltsbild


Électro-filtre de conception tubulaire présentant plusieurs tubes filtrants verticaux, dans l'axe desquels sont disposées des électrodes d'émission. Les surfaces actives des électrodes réceptrices/parois intérieures de tube sont nettoyées automatiquement par voie mécanique.

Écran tactile pour l'affichage et la mémorisation:

  • des températures de gaz de combustion
  • des heures de service de la haute tension, du nettoyage, du fonctionnement en dérivation et des incidents.
inhaltsbild


Les fumées chargées de poussière pénètrent à l'horizontale dans le filtre en passant par des tôles de répartition et sont uniformément dispersées dans plusieurs veines étroites. Les particules de poussière sont chargées négativement lors de leur traversée et «adhèrent» aux électrodes de précipitation. La couche de poussière s'accumulant est nettoyée périodiquement par un mécanisme de secouage, puis elle tombe dans un bac collecteur, d'où elle est évacuée au moyen d'une vis sans fin.

inhaltsbild

Le gaz brut pénètre dans le boîtier de filtre, où le flux gazeux est alors dévié afin de favoriser le dépôt de poussière. Les particules de poussière sont retenues à la surface du milieu filtrant qui est traversé par l'air ainsi purifié à la sortie. La poussière collectée tombe ensuite dans le bac collecteur et est transportée hors du filtre par une vis sans fin.

Lors de la combustion du bois humide, la condensation des gaz de combustion présente un potentiel théorique d'amélioration du rendement allant jusqu'à 30% par comparaison avec les chaudières à bois dotées d’un échangeur de chaleur additionnelle. La rentabilité des installations de chauffage avec condensation des gaz de combustion dépend essentiellement du prix et de l'humidité du combustible. La condensation des gaz de combustion est particulièrement avantageuse lorsque des combustibles humides tels que les plaquettes forestières doivent être brûlés. Les paramètres d'exploitation principaux sont la combustion en cas de petite quantité excédentaire d'air, une température de retour basse du réseau de chauffage et un nombre élevé d'heures de service à pleine charge de l'unité de condensation.

Le processus de condensation des gaz de combustion humides consiste à injecter de l'eau de process dans les gaz de combustion sous forme de minuscules gouttelettes. Ces nombreuses petites gouttes d'eau fonctionnent comme un échangeur thermique sur lequel la vapeur d'eau issue de la combustion est à nouveau condensée. En outre, la chaleur issue des gaz de combustion est recueillie par l'eau injectée et acheminée via un échangeur de chaleur à plaques vers un réseau à basse température, à des températures inférieures à 50 °C. La grande surface de l'échangeur thermique (la somme de la surface de l'ensemble des gouttelettes) garantit un haut rendement thermique issu des gaz de combustion. Leur pouvoir calorifique peut atteindre 30% de la capacité nominale de la chaudière. En outre, grâce à la régénération permanente des gouttes d'eau dans les gaz de combustion, le condenseur ne présente aucun risque d'encrassement. Un électro-filtre humide est toujours placé en aval de la condensation des gaz de combustion humides. Il offre l'avantage de faibles valeurs d'émissions < 10 mg/Nm³ pour une disponibilité simultanée d'environ 99%. Les valeurs d'émissions peuvent ainsi également être maintenues dans le process d'arrivée et de départ de l'installation.

inhaltsbild

Condensation des gaz de combustion: IS SaveEnergy

La condensation sèche des gaz de combustion est un système d'échangeurs thermiques placé en aval du dépoussiérage des fumées (p. ex. électro-filtre).
Les gaz sont essentiellement amenés au moyen d'échangeurs thermiques en acier inoxydable à des températures situées en-dessous du point de condensation. Comme pour la condensation humide des gaz de combustion, un circuit basse température dont les températures de retour avoisinent les 50 °C est ici nécessaire. Pour la condensation sèche des gaz de combustion, de l'eau est injectée entre les échangeurs de chaleur à plaques. Cette eau et le condensat résultant du gaz de fumée servent avant tout au nettoyage des surfaces de l'échangeur thermique et non à la transmission de chaleur.

inhaltsbild

Condensation des gaz de combustion: Scheuch GmbH


Nach oben